L'ArticleMédias AssociésCommentairesAutres articles

Un monde en perpétuel changement !

Conscience de Soi
Retour aux articlesRetour aux articlesLes Citations - Blog - Institut Aurovida - Lausanne

Nous nous sommes quittés, il y a quinze jours avec cette question ? Ne savons-nous plus penser, se poser des questions, se faire des réflexions, les partager avec d’autres ? Sommes-nous réduits à une pensée binaire ?

Et pourtant... Penser… quelle délectation… penser c’est aussi rêver, avancer, faire des prises de conscience, c’est évoluer etc... Penser, c’est pourtant ce que j’ai appris à l’école ! On me disait, tu lis un texte, plusieurs textes qui proposent des opinions différentes et tu critiques. Tu développes ton esprit d’analyse. Critiquer dans le sens d’exprimer une opinion, celle-ci peut être positive ou négative, pour autant que tu l’exprimes avec une argumentation. C’est arrêter d’être pour ou contre, c’est dialoguer…
J’ai tellement aimé cette stimulation de la pensée que je suis triste, actuellement, de constater cette pauvreté dans le dialogue, cette fermeture. Envie d’argumenter, d’échanger… Maintenant c’est la censure, dès que ça ne plaît pas. La contradiction n’est plus tolérée. Cela est « inquiétant » et me rappelle des périodes de l’Histoire, étudiées à l’école justement, que je préfèrerais ne pas voir revenir à mon souvenir. 

Comment en sommes-nous arrivés là ? Alors que, depuis la nuit des temps, les sociétés ont évolué avec les penseurs, les philosophes, les sages ! Penser, c’est émettre des idées qui vont créer et structurer une société.
Penser une œuvre, c’est la créer, penser un objet, c’est le créer. Penser, faire des prises de conscience, c’est construire…  C’est aussi prendre des risques, celui de se tromper, de constater que ça ne marche pas, qu’on avait oublié certains paramètres, c’est oser l’échec, c’est accepter la collaboration, parfois salvatrice, de l’autre, c’est partager. C’est vivre.

Nous avons tellement peur de ce qui nous entoure, que même notre conversation semble se calquer sur notre environnement et devenir stérile ! Tout semble devoir être aseptisé.
Les échanges et le dialogue deviennent difficiles. Les débats inexistants, même dans les familles. Les sujets, plutôt que d’exalter nos échanges, deviennent des sujets qui fâchent. Plus personne n’ose dire ce qu’il pense vraiment de peur d’être étiqueté. Étiqueté ! et c’est la mise dans le tiroir. C’est le jugement, c’est définitif, c’est le couperet. Mais que se passe-t-il ?
Avons-nous peur de penser ? Sommes-nous arrivés à un paroxysme, où la peur du lendemain incite à tout figer ?

Je nous imagine, comme des enfants, qui ferment les yeux dans la cour de récréation et pense qu’ils ne sont pas vus parce qu’eux-mêmes ne voient pas ce qui les entourent. Sommes-nous devenus des enfants qui ferment les yeux pour ne pas voir ce qui se passe, pour ne pas être dérangé dans nos croyances, ne pas laisser s’infiltrer des pensées différentes qui viennent bousculer nos certitudes ?

Nous voudrions tout arrêter pour revenir au monde d’avant. Ne pas se poser de questions, alors que notre vie actuelle n’est que la conséquence de décennies de choix. Nos choix de société ! Évidemment c’est le sujet qui fâche. Être responsable, un tant soit peu de ce qui se passe, juste pour essayer de réfléchir au lendemain, non pas pour se culpabiliser, et c’est déjà la fermeture. Porte close, plus de dialogue. C’est ce que j’entends, c’est non : « je préfère ne rien savoir » !

Croyons-nous réellement qu’arrêter de penser pourrait arrêter la logique de ce que nous avons mis en place, arrêter le mouvement, arrêter le cours de la vie ? Croyons-nous réellement qu’arrêter de penser et de dialoguer pourrait maintenir la société d’avant ? N’est-ce pas un peu infantile d’imaginer que ce que nous vivons au niveau sociétal depuis un an n’aura aucun impact sur nous, sur nos entreprises, nos enfants, nos parents, grands-parents ? Et que nous allons revenir au monde d’avant ?

Faisons un simple parallèle, ce que nous vivons sur un plan personnel peut se transposer sur le plan sociétal. Car la société, c’est nous ! Des individus, vivants les uns avec les autres.

Sur le plan personnel, tout évènement, toute rencontre, toute situation ont un impact et modifient notre structure, notre manière d’être, de penser, de vivre. Cela est inévitable car tout est en constante interaction. Nous sommes en constante interaction avec le monde qui nous entoure.
Comment imaginer que nous allons vivre le « monde d’avant » pour que la vie reprenne, comme si rien n’avait été perturbé au niveau de nos sociétés et de nos vies. N’est-ce pas un peu naïf ??? Le monde d’avant, qui peut y croire ? Ne devrions-nous pas plutôt oser penser ensemble le monde de maintenant pour créer le monde d’après ? Même si la vie semble reprendre ses droits et que « tout » ouvre, trop de peurs ont été instillées pour que tout reprenne comme avant. Le monde d’avant est le passé. Il est dépassé.

Dans notre propre vie, avons-vous déjà pu revivre le monde d’avant, le monde d’hier, le monde d’avant-hier ? On ne revit jamais le monde d’avant parce que le temps ne s’arrête pas, ne se rattrape pas. Parce qu’aujourd’hui nous ne sommes pas les mêmes qu’hier ou que l’année dernière, parce que la vie nous modèle et nous transforme sans cesse. Le monde d’avant ne sera pas possible avec ou sans vaccination, parce que l’impact psychologique et financier sur certaines personnes, certaines entreprises, va automatiquement avoir des conséquences sur leur avenir, sur notre avenir... plus ou moins proche.

  • Quelles pourraient être les questions à se poser, aujourd’hui, avec ce que nous avons traversé, et ce que nous sommes devenus ?
  • Que pensons-nous de ce que nous vivons, de ce que nous faisons, de ce que nous ressentons ?
  • Quelles prises de conscience avons-nous faits par rapport à ce qui nous arrive ?
  • A quoi attachons-nous de l’importance ? 

De toute évidence nombreux sont ceux qui souhaitent se revoir et partager des moments de convivialité. L’humain est fait pour être en clan depuis la préhistoire.
C’est donc remettre du lien que nous souhaitons, mais quel lien, un lien stérile sans échanges pour être certains d’être acceptés par l’autre ? Ou un lien vivant qui accueille la contradiction, un lien fait de Vie ? Un lien vivant !

A très vite pour la suite de notre échange…

Comment imaginer revenir au monde d’avant ? Existe-t-il ? Certaines prises de conscience le permettent-elles ? Est-ce une utopie ? Que de questions ouvertes…
Comment imaginer revenir au monde d’avant ? Existe-t-il ? Certaines prises de conscience le permettent-elles ? Est-ce une utopie ? Que de questions ouvertes…

Cet article fait parti de la Collection :

La pensée créatrice - Fondement de la société ?

Découvrir la Collection

© Alice Duruz - 2020

© Alice Duruz - 2020

Médias associés à l'Article

Commentaires

Pour laisser un commentaire, ce n'est pas bien compliqué... Trois possibilités s'offrent à vous :

  1. Identifiez-vous soit au moyen de l'un de vos comptes Disqus, Facebook, Twitter ou Google en cliquant sur le logo correspondant ;
  2. Créez votre compte Disqus en indiquant simplement votre nom, courriel et mot de passe sous "Ou inscrivez-vous sous Disqus" ;
  3. Enfin, si aucune de ces solutions ne vous convient, laissez un commentaire en tant qu'invité. Pour ce faire, rédiger votre commentaire et sous "Ou inscrivez-vous sous Disqus", cochez la case "Je préfère publier en tant qu'invité" et indiquez ensuite votre nom et votre courriel.

L'Institut Aurovida se réjouit de vous lire !

Bonne lecture à toutes et à tous.

Découvrez aussi...

Développement personnel et conscience de soi

Développement personnel – une aventure à vivre !

Institut Aurovida - Blog - Développement personnel et conscience de soi
Collection 13
Faut-il avoir conscience de soi pour un développement personnel ? Peut-on se libérer des schémas douloureux par les soins énergétiques sur les corps subtils ?
Réussir ! Que cache cette injonction ? Le développement personnel permet-il de prendre conscience de soi, de nos choix et de notre véritable raison de vivre ?
Lire la suite de l'ArticleDécouvrir la Collection

Un peu de Soi… Un peu de Moi… Naissance d’une vocation

Notre émanation énergétique au cœur de notre destin

Institut Aurovida - Blog - Un peu de Soi… Un peu de Moi… Naissance d’une vocation
Collection 11
Un premier livre aura marqué mon destin ! Intellect, activités manuelles et créativité auront été les différentes facettes d’une même pièce. Faire du drainage lymphatique, une suite logique. Tout était-il déjà prémédité avant ma naissance ? Prise de conscience de soi, je vous invite dans mon univers…
Pourquoi les situations se répètent-elles constamment ? Les accepter, est-ce se positionner en victime ou se donner une chance de la transformation ? Que se passe-t-il au niveau énergétique ? Je vous propose de partir en quête pour comprendre, attirer d’autres situations et ne plus subir La vie.
Lire la suite de l'ArticleDécouvrir la Collection

Avons-nous perdu la joie d’échanger nos pensées ?

La pensée créatrice - Fondement de la société ?

Institut Aurovida - Blog - Avons-nous perdu la joie d’échanger nos pensées ?
Collection 14
Sommes-nous en perte de conscience pour devenir, tels des logiciels informatiques, incapables de nuance, de tolérance ? Je vous propose des pistes de réflexions.
Quels sont nos pensées, nos échanges, en sommes-nous conscients ? En voulant le « monde d’avant », mettons-nous en place un nouveau monde qui nous échappe ?
Lire la suite de l'ArticleDécouvrir la Collection
Créé par
Kayaleh | Communication Globale - Agence spécialisée dans la Communication et le Marketing Digital