L'ArticleMédias AssociésCommentairesAutres articles

Allons-nous vers un nouveau paradigme ?

Conscience de Soi
Retour aux articlesRetour aux articlesLes Citations - Blog - Institut Aurovida - Lausanne

Je vais terminer cette thématique par une vision, une idéologie que j’espère ne jamais voir.
Une fois de plus, je tiens à repréciser, que je ne suis pas pour ou contre les vaccins. Je suis vaccinée depuis l’enfance, et je ne tiens pas à vous informer de mes décisions. Mes interrogations ont simplement comme intérêt une réflexion commune pour nos sociétés. Au-delà de cette thématique, très actuelle, en ce qui me concerne tous les sujets sont intéressants et méritent d’être discutés, d’être mis à plat pour évoluer. Je prends ce thème du vaccin et du voyage car il a été un sujet d’actualité et le sera peut-être encore lorsque vous me lirez. Le choix de revisiter, de repenser, de mettre de la conscience peut s’appliquer à tous les thèmes de notre vie… C’est un mode de fonctionnement, un mode de vie.

J’aurais pu prendre d’autres exemples, mais la vaccination étant plus que jamais à l’ordre du jour, revenons sur le sujet. La vaccination pour voyager. Elle fait oublier tous les dangers idéologiques qui pourraient survenir. 
En effet après le vaccin, puisque le secret médical n’existerait plus, et qu’il faudrait un pass vaccinal pour « circuler » le danger ne nous guetterait-il pas ? Quel danger me direz-vous puisque le virus serait « sous contrôle » ?

Imaginons que nous acceptions tous de nous faire vacciner, alors que nous sommes en bonne santé, uniquement par peur de ne plus pouvoir voyager, pour ne plus avoir la sensation d’être en prison. Que se passerait-t-il pour les personnes en parfaite santé, qui ne ressentent pas le besoin de se faire vacciner, qui ne sont jamais malades ? N’est-ce pas elles, qui malgré leur bonne santé ne pourraient plus quitter leur pays ? N’est-ce pas elles que nous risquerions d’emprisonner dans leur propre pays ?

En effet, les personnes en bonne santé, non munies d’un pass ne pourraient alors plus sortir de chez elle, plus fréquenter certains lieux etc… alors qu’elles sont celles qui :

  • Soit ont toujours pris soin de leur santé, 
  • Soit ont la chance d’être nées plus résistantes que les autres, 

Serait-ce vraiment juste et justifié que ceux qui vont bien et prennent soin d’eux soient pénalisés pour des raisons qui ne seraient plus des questions de santé, mais des questions de loisirs ?
D’autre part, savons-nous quels sont les risques d’un vaccin pour une personne en bonne santé ? L’impact sur sa santé future ? Sera-t-elle renforcée ou fragilisée ?
Jusqu’à présent, de tout temps, seules les personnes à risque étaient vaccinées ? Les autres comptaient sur leur immunité.
Actuellement on ne propose plus le vaccin pour se protéger de la maladie mais comme d’un laisser-passé… Pour vivre. Dans des sociétés modernes, où le soin est accessible à tous, le laisser-passer ne ressemble-t-il pas à un retour au moyen-âge ? Il fallait alors montrer patte blanche et payer sa dîme pour avoir accès au four banal ou entrer dans l’enceinte du château.

Je n’ai jamais été contre les vaccins, en revanche je me pose toujours des questions sur ce qui m’entoure et sur moi-même, bien sûr.
La direction que prend notre société génère de nombreuses questions sur l’avenir.
Quelle société allons-nous cautionner si nous acceptons que, petit à petit, les données médicales soient à la portée de tous ? A la portée de nos employeurs, de nos voisins, de nos états etc… Alors que nous avons toujours tenu au secret médical ?

Est-ce qu’en pensant nous libérer de la « prison », grâce à la vaccination qui permettrait l’accès aux voyages, ne prendrions-nous pas le risque d’entrer dans un engrenage ? Un engrenage qui ouvre des portes dangereuses, des portes pour entrer dans une autre forme de prison et un avenir inquiétant ? Voici ce qui m’effleure…

Bien au-delà du problème du voyage, cette nouvelle liberté acquise avec ce pass pourrait mettre en péril notre société sur de nombreux plans, surtout sur le plan professionnel ? Ce sont là, les questions que je me pose et que je vous expose.

Imaginons une société sans garde-fou ? Sans plus de secret médical !
Que se passera-t-il au prochain entretien d’embauche, quand après avoir présenté le passeport vaccinal, il faudra parler de son état de santé ?
Quand les personnes les plus faibles, les plus fragiles, les personnes déprimées, diabétiques, avec cholestérol, dépassant le poids de forme imposé par des tabelles, les personnes n’ayant pas une bonne immunité, avec risque de cancer etc.. ne seront pas embauchées car elles seront des malades potentiels ?

Par un acte inutile pour notre santé, mais utile pour avoir la sensation d’être libre ne risquons-nous pas de mettre en place une société nouvelle certes !
Dans cette nouvelle société ce serait « l’enfermement » et

  • L’exclusion pour les personnes en bonne santé (non vaccinées)
  • L’exclusion pour une autre partie de la population. En effet, les plus fragiles, les personnes à risque, de futurs malades potentiels, seront mis de côté, même s’ils sont vaccinés.

Ce serait la société à deux vitesses que nous mettrions en place. Ce ne serait plus le riche et le pauvre, ce serait le vacciné et le malade potentiel. Une société où tout est pur, net, lisse !! Cela vous rappelle-t-il quelque chose ? Personnellement je ne peux m’empêcher de faire un parallèle pour le moins inquiétant.
Cela me rappelle dangereusement une certaine période où pour d’autres critères une partie de la population avait le droit de vivre et l’autre pas ! Malheureusement pour elle… Elle n’entrait pas dans le moule, elle n’avait pas le bon passeport… Elle était bonne pour le camp.

Ce sont toutes ces questions que je me pose, qui viennent à ma conscience. En effet, le problème fondamental de cette situation n’est pas de se faire vacciner ou pas, c’est la pression générale mise sur les individus pour qu’ils acceptent le vaccin et en prolongement le laisser-passer, sans prendre en compte de l’état de santé individuelle de chacun. Ce qui pose problème, c’est l’intrusion dans des choix qui devraient rester privés.

Je ne connais pas les réponses, mais je sais que les questions et les pensées s’imposent. Penser aujourd’hui c’est créer instantanément, c’est également créer pour demain. Chaque pensée est une énergie. Chaque pensée, aussi infime et invisible soit-elle, a un pouvoir.

Comme un bruit de couloir,
des pensées identiques, de nous tous, mises bout à bout, deviennent une vérité, une croyance.

Nous fabriquons nos sociétés par nos pensées.

Avons-nous raison de poser des actes par facilité plutôt que par conviction, ne risquons-nous pas de nous éloigner de notre humanité et de notre liberté ? Au final, nous faisons tous au mieux. Peu importe le choix que nous prenons pourvu que nous ayons pris le temps de le penser et de le conscientiser.

Alors que nous voulons maintenir le monde d’avant, nos choix vont-ils créer une nouvelle société, avec de nouveaux critères basés sur notre santé ?
Alors que nous voulons maintenir le monde d’avant, nos choix vont-ils créer une nouvelle société, avec de nouveaux critères basés sur notre santé ?

Cet article fait parti de la Collection :

La pensée créatrice - Fondement de la société ?

Découvrir la Collection

© Alice Duruz - 2020

© Alice Duruz - 2020

Médias associés à l'Article

Commentaires

Pour laisser un commentaire, ce n'est pas bien compliqué... Trois possibilités s'offrent à vous :

  1. Identifiez-vous soit au moyen de l'un de vos comptes Disqus, Facebook, Twitter ou Google en cliquant sur le logo correspondant ;
  2. Créez votre compte Disqus en indiquant simplement votre nom, courriel et mot de passe sous "Ou inscrivez-vous sous Disqus" ;
  3. Enfin, si aucune de ces solutions ne vous convient, laissez un commentaire en tant qu'invité. Pour ce faire, rédiger votre commentaire et sous "Ou inscrivez-vous sous Disqus", cochez la case "Je préfère publier en tant qu'invité" et indiquez ensuite votre nom et votre courriel.

L'Institut Aurovida se réjouit de vous lire !

Bonne lecture à toutes et à tous.

Découvrez aussi...

Avons-nous perdu la joie d’échanger nos pensées ?

La pensée créatrice - Fondement de la société ?

Institut Aurovida - Blog - Avons-nous perdu la joie d’échanger nos pensées ?
Collection 14
Sommes-nous en perte de conscience pour devenir, tels des logiciels informatiques, incapables de nuance, de tolérance ? Je vous propose des pistes de réflexions.
Quels sont nos pensées, nos échanges, en sommes-nous conscients ? En voulant le « monde d’avant », mettons-nous en place un nouveau monde qui nous échappe ?
Lire la suite de l'ArticleDécouvrir la Collection

Développement personnel et conscience de soi

Développement personnel – une aventure à vivre !

Institut Aurovida - Blog - Développement personnel et conscience de soi
Collection 13
Faut-il avoir conscience de soi pour un développement personnel ? Peut-on se libérer des schémas douloureux par les soins énergétiques sur les corps subtils ?
Réussir ! Que cache cette injonction ? Le développement personnel permet-il de prendre conscience de soi, de nos choix et de notre véritable raison de vivre ?
Lire la suite de l'ArticleDécouvrir la Collection

Entre Stupeur et satisfaction

Institut Aurovida - Blog - Entre Stupeur et satisfaction
Laissez-vous emporter par les mots et découvrez ensuite comment on bascule de l’infamie à une apothéose de joie. Qu’est-ce qui a changé ? Je vous propose de vivre en direct le décodage de ce que j’ai vécu, il y a 3 semaines. Un cheminement de pensées et d’émotions. Un exemple concret de prise de Conscience de Soi.
Lire la suite de l'ArticleDécouvrir la Collection
Créé par
Kayaleh | Communication Globale - Agence spécialisée dans la Communication et le Marketing Digital