L'ArticleMédias AssociésCommentairesAutres articles

Les maladies neurodégénératives... Quoi de neuf ?

La Recherche - Les Découvertes
Retour aux articlesLes Citations - Blog - Institut Aurovida - Lausanne

Revenons sur le précédent article datant du mois de septembre que je vous résume. En juin 2015, 2 équipes de chercheurs font une découverte qui va changer notre regard sur le fonctionnement du cerveau, et apporter de nouvelles réponses, des perspectives intéressantes et prometteuses concernant les maladies neurodégénératives et leur évolution.

Tout commence par la découverte du système lymphatique dans le cerveau. Trois ans après, cette découverte révolutionne notre vision du cerveau. Elle nous permet de mieux comprendre comment fonctionne son système de nettoyage et de protection.

La porte est ouverte et les études scientifiques sur le sujet ne cessent de s’intensifier.

Avançons pas à pas, comme un enquêteur, prenons les informations qui nous sont données. En voici le résultat.

De nombreuses recherches sont actuellement en cours et M. Tomson, à l’occasion du symposium de lymphologie, qui a eu lieu à Lausanne le 21 septembre 2018, nous en a fait un intéressant exposé.

Une nouvelle entité est née, le système glymphatique (système de nettoyage du cerveau).

Le système glymphatique. !!! Et bien non, il ne s’agit pas d’une erreur. C’est bien glymphatique qu’il faut lire ! Mais pourquoi « g » lymphatique ? Que se cache derrière ce « g » plein de mystères et de promesses ?

« G » comme gliales, les cellules gliales représentent 50% du poids du cerveau. Elles assurent l’équilibre et le soutien du système nerveux qu’elles protègent également.

  • Les cellules gliales jouent un rôle dans la neuro transmission.

On sait maintenant que le rôle des cellules gliales dépasse nos connaissances et qu’elles sont également responsables du « nettoyage » du cerveau. En lien avec le système lymphatique, elles assurent l’élimination des toxines et des protéines (les bêta amyloïdes) qui encrassent le cerveau.

  • Les cellules gliales jouent un rôle dans le traitement de l’information par le système nerveux. En 2 mots, un rôle dans la pensée.
  • Elles protègent également les neurones.

Si ces protéines ne sont pas bien éliminées, elles vont « encrasser » le cerveau. Ces bêta amyloïdes vont s’agréger sous forme de plaques entre les neurones et provoquer une mauvaise communication. A terme, l’accumulation de ces protéines entraîne une inflammation, qui va se solder par la mort des neurones. Apparaissent alors les premiers signes de déficience comme la perte de mémoire, la perte de repères…

Dans les maladies neurodégénératives ces protéines sont présentes en trop grand nombre entre les neurones.

A quel moment ces protéines et autres toxines sont-elles éliminées ? Pendant notre sommeil les cellules gliales rétrécissent, ce qui permettra une meilleure évacuation des toxines et protéines.  Le système glymphatique est 10 fois plus actif lorsque nous dormons, d’où l’importance d’un sommeil équilibré. Il a été démontré que dans les maladies neurodégénératives le sommeil était également perturbé. Puisque le système glymphatique est particulièrement actif pendant notre sommeil, le manque de sommeil pourrait donc avoir des conséquences sur notre équilibre physique et psychique.

Les chercheurs ont pu démontrer d’une part, que le système glymphatique élimine la moitié des bêta amyloïdes et d’autre part, que les cellules gliales sont impliquées dans ce travail de « nettoyage ». La présence de bêta amyloïdes en trop grand nombre est responsable des maladies neurodégénératives. Une bonne élimination est donc la clef d’un cerveau en bonne santé.

L’élimination de ces protéines par la stimulation du système glymphatique serait un recours intéressant pour lutter contre la maladie d’Alzheimer, la maladie de parkinson et autres maladies neurodégénératives.

Comme nous l’avons compris le drainage lymphatique se fait de manière autonome par le corps. Son système lymphatique lui permet d’éliminer les toxines et les protéines qui, si elles stagnent et sont en nombre élevé dans l’organisme, l’encrassent, provoquent de l’inflammation, et à long terme génèrent des maladies touchant également le cerveau.

Le système lymphatique et glymphatique, est un circuit fermé ce qui sous-entend que :

- d’une part, faire un drainage lymphatique manuel stimule une activité que l’organisme fait, de manière plus ou moins optimale suivant les personnes

- d’autre part, faire un drainage lymphatique manuel sur une partie du corps va avoir un impact sur tout l’organisme. Tout le corps va tirer un  bénéfice de cette stimulation et les toxines seront éliminées même dans les parties du corps non touchées lors du traitement

- étant donné qu’un drainage lymphatique manuel contribue à mieux éliminer les toxines, nous pouvons supposer en toute logique, mais aussi en toute modestie, qu’il peut être une aide précieuse et avoir un impact thérapeutique très favorable également dans le cas de maladies neurodégénératives.

Les chercheurs continuent à explorer cette piste qui laisse entrevoir de belles perspectives et une nouvelle approche de ces maladies, aussi bien de manière préventive que curative.

J’espère que ces nouvelles pleines d’espoir seront de plus en plus diffusées et permettront de garder espérance et foi en l’avenir.

© Alice Duruz - 2019

Source :

Symposium de lymphologie – 21 septembre 2018 - CHUV Lausanne
Organisateur LymphoSuisse
M. Didier Tomson, Service D’Angiologie, CHUV, Lausanne

Recherche - Université de Rochester
Maiken Nedergaard et Jeffrey Lliff

Marion Tible
Dr en Biologie et physiopathologie.
Ancienne chercheuse dans des thématiques oscillant de la cardiologie aux maladies neurodégénératives, elle est aujourd’hui impliquée au sein de Long Long Life pour la rédaction scientifique et la recherche contre le vieillissement

Médias associés à l'Article

Commentaires

Pour laisser un commentaire, ce n'est pas bien compliqué... Trois possibilités s'offrent à vous :

  1. Identifiez-vous soit au moyen de l'un de vos comptes Disqus, Facebook, Twitter ou Google en cliquant sur le logo correspondant ;
  2. Créez votre compte Disqus en indiquant simplement votre nom, courriel et mot de passe sous "Ou inscrivez-vous sous Disqus" ;
  3. Enfin, si aucune de ces solutions ne vous convient, laissez un commentaire en tant qu'invité. Pour ce faire, rédiger votre commentaire et sous "Ou inscrivez-vous sous Disqus", cochez la case "Je préfère publier en tant qu'invité" et indiquez ensuite votre nom et votre courriel.

L'Institut Aurovida se réjouit de vous lire !

Bonne lecture à toutes et à tous.

Découvrez aussi...

Dédramatiser la maladie, est-ce possible ?

Face à une même maladie, nous observons autant de comportements différents que d’individus ! Qu’avons-nous alors en commun qui nous aiderait à y faire face ? Faut-il la combattre ou s’en faire une alliée pour retrouver la santé ? Des questions ouvertes dans un dialogue tout aussi ouvert… Intéressés ? suivez-moi !
Lire la suite de l'Article

Observer la maladie, est-ce un remède ?

Les philosophes proposent d’observer la maladie, de n’y voir ni cause, ni justification et en même temps, ils affirment que le remède à la souffrance passe par l’observation de celle-ci. Où pourrait nous mener cette réflexion contradictoire ? Un magnifique tremplin, pour un sujet à débattre à l’infini.
Lire la suite de l'Article

La maladie est-elle psychosomatique ou pas ?

Peut-on dire qu’une maladie est psychosomatique ? Si oui, selon quels critères ? Le corps peut-il à lui seul tomber malade, sans que notre manière de vivre, notre attitude, nos pensées aient un impact sur celui-ci ? Vous vous posez ces questions ? Je vous invite à me suivre et pourquoi pas à me répondre !
Lire la suite de l'Article
Créé par
Kayaleh | Communication Globale - Agence spécialisée dans la Communication et le Marketing Digital